Dennis Swennen: On les vend le dimanche soir, pas les jours avant

mardi 27 octobre 2020

Jusqu’à samedi 1 novembre une collection distincte est en ligne dans le European Sport Horse Auction. Une collection des millésimes 2017 et 2018, tout avec l’histoire entière, à partir de la naissance inclus. Dennis Swennen organise l’enchère et il en est très fier.

« Tout d’abord on est vraiment fier de l’opportunité qu’on peut le faire, mais aussi avec la collection qu’on se voit offrir de mettre aux enchères maintenant. Ce sont des chevaux de dix éleveurs au total, avec Kees van den Oetelaar comme le capitaine le plus important. Ce sont des chevaux qu’il connaissait déjà comme pouliche de chez l’éleveur, nous savons exactement ce qu’ils valent. Ce que Kees peut raconter à ce sujet : c’est un Horsetelex en soi. »

De première main

« On met 35 chevaux aux enchères maintenant, tous sont des poulains ou des juments, tout le monde peut les visiter dans la même étable à Schijndel. Je pense que c’est unique que tu pourrais vendre tant des bons chevaux de première main. Chevaux avec une filiation super, souvent des juments qui ont participé à haut niveau. Elles sont toutes vendues pour un prix qui est offert par des acheteurs réels. »

Respect pour le risque

Il faut bien dire que : « Tu peux te vanter de ton enchère élitaire, mais ce c’est quelque chose de vrai. Surtout sélectionné par le meilleur juge de chevaux que j’ai rencontré dans ma vie. Kees van den Oetelaar et un nombre limité des éleveurs apportent les chevaux directement. Il les ont achetés comme poulain ou les ont élevés eux-mêmes. Vétérinaire Maarten Aerts les a examinés tous, sur les jambes ainsi que sur le dos. Nous, comme enchère, en avons beaucoup de respect parce que ce gens prennent le risque de l’élevage et tout ça quand même.

N’achetez pas pour un peu d’argent

« Ce ne sont pas des chevaux qui sont achetés chez un éleveur pour les vendre aux enchères plus tard. Parce que tu entends ça souvent aussi : Des commerçants qui ont du mal à acheter un cheval pour un peu d’argent et puis espèrent beaucoup d’argent dans les enchères. Pour 100%, ça n’arrive pas chez nous. Les chevaux sont apportés par des gens qui veulent faire tourner le commerce. Il faut que nous les soutenions. »

« Le seul qu’est vraiment ennuyant à ce moment : depuis la collection est en ligne, j’ai reçu un million des appels, de l’arrière-pays et de l’étranger, s’ils peuvent acheter les chevaux en avant. Mais on ne fait pas cela, c’est ça que nous avons décidé. Je reçois des réponses ennuyantes à ça, et puis ils énumèrent quelques enchères qui le font. C’est la preuve que souvent c’est qu’un spectacle. Ça donne une image déformée envers les autres. Oh, t’as vu les prix chez cette enchère ? Oui, bien sûr, mais pour une grande partie c’est un coup monté, ils détruisent plus qu’est bon pour les éleveurs. Nous voulons créer un commerce pour les gens, pas faire un spectacle. »

 

Regardez la collection complète ici : https://esha.horse/fr/collection/44